Philippe Borrini

Philippe Borrini

BIBLIOGRAPHIE
Bibliographie, productions :
« Thérèse de Lisieux l’invention d’une extase », Édition A contrario.
« Yéchoua sur la plage 36 épîtres à la mer », Éditions Chemins de traverse.
Mise en scène et producteur de nombreux spectacles de Théâtre, lectures publiques, solos d’acteur et récitant musical.
Il fut le créateur du « Plus petit festival du monde » Le Festival de Flagy.
Avec sa compagnie professionnelle, le « Théâtre 5 » il créé régulièrement spectacles et réalisations audiovisuelles.
Il apporte un soutien actif à plusieurs événements culturels.

Philippe Borrini

 

Comédien, dramaturge, metteur en scène, écrivain, il cultive son jardin à Chapaize.
Il ne cesse d’écrire en liberté. On le connaît comme homme de théâtre. Son métier de comédien lui a offert le privilège de dire en public de nombreux textes, souvent accompagné par des musiciennes. Il est potier par intermittence, ses bols poème sont autant de signes que se transmettent les gens.
Philippe Borrini présentera ses livres et la BD « Les larmes de Cluny » dont il est le scénariste et le « héros ». Les dessins sont de Marie Galle. Cet album est édité par « Comme un lézard ».

Prochaine parution :
« Héloïse et Abélard à corps perdu »
Éditions Chemins de traverse
Librairie en ligne : www.bouquineo.fr

Synopsis de la Bande dessinée
Les larmes de Cluny
Pourquoi à Cluny, dès la Révolution de 1789, et ce durant vingt-cinq ans, s’est-on acharné à détruire une des plus belles et puissantes abbayes de l’Europe médiévale?
La communauté monastique des Clunisiens a rayonné pendant des siècles sur le monde chrétien.
Aujourd’hui, à Cluny dans les ruines de l’avant-nef, un homme, est assis en haut du vestige de l’escalier qu’empruntaient, autrefois, les processions des moines et les foules des pèlerins. Tout un peuple émotif qui cherchait dans la fabuleuse Abbaye : protection des moines et sens à la douleur de vivre.
Abasourdi par l’étendu du saccage par des marchands de matériaux, l’homme au cartable se réfugie à la Nation, un bistro du centre ville.
Soudain le miroir accroché sur le mur du bistrot, se métamorphose en machine à remonter le temps. Un jeune moine clunisien s’invite à sa table, puis une femme échappée de la Grèce antique surgit à son tour, c’est une Sibylle. Emmené par ces deux guides, l’homme va retrouver le Cluny des origines. Va-t-il dénouer l’enchaînement des causes qui ont abouti à la destruction de la Merveille?

Editions L’Atelier des Noyers

Editions L’Atelier des Noyers

Editions l’atelier des noyers

L’Atelier des Noyers est une maison d’édition associative, constituée de tous ses auteurs/autrices et plasticiens/plasticiennes.

L’aventure des publications a démarré en novembre 2016. Le catalogue compte à ce jour 75 titres répartis dans différentes collections. Une maison d’édition de poésie, quelle que soit sa taille et/ou sa notoriété, c’est avant tout une aventure d’hommes et de femmes embarqués dans une vision du Beau.
Une maison sans ses auteurs/autrices et sans ses plasticiens/plasticienne, c’est un orchestre sans instruments. Nous travaillons main dans la main.
Pour en savoir plus : retrouvez-nous sur le site www.atelierdesnoyers.fr,
et sous le nom l’Atelier des Noyers Éditions : page facebook, instagram, chaîne YouTube.

Notre équipe est constituée de :
Claire Delbard : à la conception et coordination éditoriale du désir un peu fou de cette maison et des publications qui en découlent
Allan Ryan au développement de toutes les formes artistiques (lectures, expos, ateliers…)
Anne Le Maître qui anime la collection de léporellos
Olivier Delbard qui s’occupe du domaine étranger
Céline Girot aux maquettes
Dicolor à l’impression
David Duret à la conception du site internet
et cette année Coline Vagne à la conception des supports de communication

Atelier des Noyers – 7 rue des Noyers – 21160 Perrigny-lès-Dijon
atelierdesnoyers@orange.fr

Martine Chantereau

Martine Chantereau

Martine Chantereau

Biographie
Formation à l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Lyon après son Bac.
Vit à Mâcon. Peint, dessine, grave, et écrit en non stop depuis des décennies.
Nombreuses expositions en Rhône-Alpes, en Bourgogne et ailleurs.
Ayant beaucoup écrit sur l’art dans de nombreux journaux à Lyon et en
Bourgogne sous le nom de Martine Gayot, consacre désormais son écriture à
la poésie et aux textes accompagnant ses albums de voyage et ses livres d’artiste.

Titres des oeuvres présentées :
– albums de Delphes et Athènes, 20 pages dessins et textes
– albums de Crète, de Croatie, d’Afrique… 20 pages, dessins et textes
– carnets « Brèves de comptoir » 6 et 8 pages, dessins et textes
– livre Les Froufrouteux
– et autres petits livres d’artistes créés en pièce unique ou en exemplaires
restreints…
( Entièrement faits maison, numérotés, quelques exemplaires, pas d’éditeur )

Jacques Moeschler

Jacques Moeschler

BIBLIOGRAPHIE
Bibliographie sélective (en français)
Jacques Moeschler et Anne Reboul, Dictionnaire encyclopédique de pragmatique, Seuil, 1994.
Anne Reboul et Jacques Moeschler, La Pragmatique aujourd’hui, Points Seuil, 1998.
Sandrine Zufferey et Jacques Moeschler, Initiation à l’étude du sens, Sciences Humaines Éditions, 2012.
Jacques Moeschler et Antoine Auchlin, Introduction à la linguistique contemporaine, Armand Colin, 2018, 4e édition.
Jacques Moeschler, Pourquoi le langage ? Armand Colin, 2020.
Sandrine Zufferey et Jacques Moeschler, Initiation à la linguistique française, Armand Colin, 2021, 3e édition.

Livres en anglais
Jacques Moeschler, Non-lexical pragmatics, Mouton de Gruyter, 2019.
Sandrine Zufferey, Jacques Moeschler et Anne Reboul, Implicatures, Cambridge University Press, 2019.
Jacques Moeschler, Why language ? Mouton de Gruyter, 2021.

Après des études en Suisse — primaires et secondaires à Bienne, ville bilingue célèbre pour ses montres, et universitaire (licence et doctorat) à Neuchâtel, lieu d’origine de Jean Piaget — Jacques Moeschler a assuré des enseignements de linguistique française à l’université de Genève pendant plus de 35 ans. Nommé professeur ordinaire en 2005, il consacre alors son activité à l’enseignement, à la direction de recherches, mais aussi à la dissémination des résultats de ses recherches sur le langage (près de 200 articles scientifiques et une quinzaine d’ouvrages publiés). Parallèlement, il préside le comité local d’organisation du 19e Congrès International des Linguistes en 2013, organise et structure le réseau thématique Langage et communication de l’Université de Genève (2013-2019), mais surtout se consacre à la rédaction d’ouvrages d’introduction et de vulgarisation à la linguistique (dont Pourquoi le langage ? Armand Colin, 2020). Il a dirigé une vingtaine de thèses de doctorat, et obtenu une dizaine de financements de projets de recherche auprès du Fonds national suisse de la recherche scientifique. Il a également présidé pendant huit ans la commission fédérale des bourses de la confédération suisse pour étudiants étrangers, dépendant du Secrétariat d’État à la Formation, à la Recherche et à l’Innovation (SEFRI). Depuis le début des années 2000, il publie systématiquement ses recherches en anglais pour des revues internationales fonctionnant sur le peer-reviewing (l’évaluation par les pairs). En retraite depuis deux ans, il consacre son temps à la lecture et la rédaction d’articles et de livres scientifiques (un ouvrage sur la relation entre langage et vérité est en écriture), à l’évaluation de contribution scientifiques pour des éditeurs internationaux et des agences nationales de recherche (Belgique, Canada notamment), à la participation à l’organisation de congrès internationaux et à l’écriture de fiction.

Jacques Moeschler

Professeur émérite, Université de Genève, Suisse

Pourquoi le langage ? Des Inuits à Google

Le langage est cette faculté qui nous permet de penser et de communiquer. Elle est unique, car aucune autre espèce animale ne possède un système similaire de communication. Si le langage nous est familier — nous avons appris au moins une langue de manière ‘naturelle’, sans effort, notre langue maternelle —, nos conceptions intuitives du langage sont parfois trompeuses. Dans cette conférence-débat, plutôt que de donner au public des réponses, ce seront des questions, parfois étranges, qui seront posées : Pourquoi y a-t-il autant de langues (environ 6’000) et pas une seule ? Pourquoi est-il si facile d’apprendre sa langue maternelle et si difficile d’apprendre une langue étrangère ? Pourquoi n’y a-t-il pas de hiérarchie entre les langues ? Pourquoi la grande majorité des langues sont-elles orales et non écrites ? Pourquoi le contact entre les langues est-il bénéfique pour les langues ? Pourquoi une langue emprunte-t-elle des mots à d’autres langues ? Pourquoi les langues évoluent-elles ? Pourquoi n’y a-t-il pas de langue plus belle, plus claire ou plus logique que d’autres ? Pourquoi la très grande majorité des langues vont-elles disparaître à la fin du 21e siècle ? Pourquoi la langue inuit ne contient-elle pas plus de mots pour la ‘neige’ que le français ? Pourquoi ne pouvons-nous pas communiquer normalement avec Siri ou Alexa ?
Toutes ces questions en pourquoi ne sont pas d’égale importance, mais elles ont quelque chose en commun : lorsqu’on pose une question avec pourquoi, c’est que quelque chose d’anormal s’est produit. Donc, ce qui serait normal, c’est qu’il ne devrait y avoir qu’une seule langue ; qu’il devrait être facile d’apprendre une langue seconde ; que toutes les langues devraient être écrites ; que le contact entre les langues devrait être évité ; qu’il ne faudrait pas emprunter de mots à des langues étrangères ; que les langues ne changent pas ; que les langues ne sont pas menacées de disparition ; que la langue inuit contient beaucoup plus de mot (plus de 100) pour la neige que le français ; ou encore que les conversation avec Siri et Alexa sont de vraies conversations.
Le conférencier voudra convaincre son auditoire d’une seule chose : se poser des questions sur le langage et sur les langues, comme le français, est beaucoup plus intéressant que de donner des réponses a priori dont la science du langage, depuis plus d’un siècle, a pu démontrer la fausseté. Il sera heureux de répondre à toutes les questions, dans les limites de ses compétences, que vous vous posez sur le langage et les langues.

Alamut Editions

Alamut Editions

Alamut Editions

Alamut éditions publie essentiellement des livres au format numérique. Nos ouvrages sont ceux d’auteurs et d’éditeurs avec qui nous avons su créer un véritable lien, dotés de la même conviction : utiliser la formidable puissance de l’imagination pour concevoir aussi bien des univers uniques, et une manière différente de penser le livre, pour servir aussi bien la créativité des auteurs, et la soif d’évasion de nos chers lecteurs.

Mais Alamut, c’est aussi des projets créatifs, véritables ponts et rencontres entre des auteurs en herbes et des artistes en devenir.

Nos livres sont vendus aussi bien sur des plateformes comme Amazon ou Kobo que sur notre propre site.